Catégories
Prose

La traversée du fleuve Thu Bồn

Pour notre retour vers la plaine, mine de rien, nous avions marché pendant toute l’après-midi, jusqu’au moment où le soleil commença à décliner vers l’Ouest. Mon père s’arrêta devant une petite auberge et invita tout le monde à y entrer pour boire un coup et prendre quelque repos. L’auberge était assez animée ; les buveurs nous observaient sans animosité. En regardant dehors, je vis, sur le petit chemin, deux guérilleros portant une grosse mine sur une palanche. Ils la déposèrent avec précaution sur le bord de la route et entrèrent dans l’auberge. Les clients et nos deux guérilleros conversaient gaiement ; il semblait qu’ils se connaissaient bien, car ces résistants ne cachèrent pas leur mission : cette nuit-là, ils devaient aller poser la mine en s’infiltrant dans le poste de garnison français. Je ne savais pas comment ils s’y prendraient, mais c’était une mission difficile et dangereuse et ils risquaient d’y laisser leur vie. Le soleil allait se coucher et les guérilleros partirent, chargés de leur mine. Je les regardai s’éloigner, le cœur un peu serré, empli d’admiration pour leur courage et pour leur sens du sacrifice. C’était ça, la guérilla : une guerre d’usure menée contre un ennemi plus puissant, en armes comme en munitions ; et il ne manquait pas, dans le pays, de ces partisans courageux, prêts à se battre pour une juste cause et acceptant volontiers de sacrifier leur vie pour la défendre.

Plus tard, en lisant Saint-Éxupéry, je retins cette citation célèbre, en pensant à nos deux résistants rencontrés dans l’auberge, lors de notre déplacement vers la plaine :

 Bien que la vie humaine n’ait pas de prix, cependant, nous agissons toujours comme si quelque chose dépassait en valeur la vie humaine. 

Lorsque nous quittâmes l’auberge, le soleil était déjà sur le point de disparaître à l’horizon. Quand nous sommes arrivés à l’embarcadère d’un grand fleuve, les derniers rayons du soleil commencèrent à disparaître pour céder la place au crépuscule dont la pénombre enveloppait tout le paysage. Je contemplai le fleuve ; sa surface immense m’impressionnait beaucoup ; cette étendue vide et triste me rebutait. Un calme plat y régnait, pas une âme ne bougeait. Nous attendions le sampan qui nous emmènerait vers l’autre rive. Pendant cette attente interminable, au bord d’un fleuve aux eaux écumantes, presque désert, je sentais combien la nature était menaçante et combien nous étions petits, face à son immensité et ce fleuve en constituait l’un des éléments les plus représentatifs. Le crépuscule ne dura pas longtemps, pourtant on était au mois de mai. Doucement et sûrement, bientôt arriva l’obscurité de la nuit. Toute la famille commença à s’inquiéter : comment traverser ce fleuve, alors que la nuit allait bientôt arriver ? Où se loger pour passer la nuit ? Heureusement, nous vîmes de loin glisser sur l’eau, vers notre direction, un sampan dirigé par une jeune fille, où nous pûmes tous embarquer. Durant la traversée de ce fleuve aux vagues assez agitées, le clapotement de ces eaux de chaque côté de l’embarcation ne manqua pas de nous inquiéter. Grâce à cette jeune sampanière, nous avons pu gagner l’autre rive, sains et saufs, et mon père nous apprit alors le nom de ce fleuve : le Thu Bồn.

De cette traversée, je garde l’image impressionnante de ce grand fleuve et je pense au dur métier de cette toute jeune paysanne, à la silhouette gracile et souple ; à chaque traversée, elle devait lutter contre la nature sauvage, représentée par cette immense étendue d’eau aux vagues agitées, toujours menaçantes, à la merci, de surcroît, des caprices du temps. Pourtant, l’évocation de l’image d’une barque glissant sur l’eau, manœuvrée par une jeune sampanière, ne manquait pas d’un charme romantique : une image dont le cadre idyllique était constitué par un fleuve tranquille aux rives recouvertes d’une épaisse verdure, plantées d’arbres dont l’ombre protégeait les promeneurs se déplaçant le long du fleuve, en période de grande chaleur.

Cette image de la sampanière qui exerçait un métier, réservé la plupart du temps, à des jeunes filles au visage charmant, est entrée dans la poésie vietnamienne : le poète Nguyên Bính chante l’histoire amoureuse, née de la rencontre entre un passager et une gracieuse sampanière, à l’occasion d’une traversée, dans son poème Cô Lái Đò. L’écrivain et poète Hô Dzênh, dans ses écrits, évoque cette scène, alors que le crépuscule noie de sa pénombre l’eau clapotante. C’était ainsi que s’était formé ce couple sino-vietnamien. De cette union était né un fils, le futur poète Hô Dzênh.

En lisant Hô Dzênh et l’histoire d’amour de ses parents, née de cette heureuse aventure, je m’imagine combien fut romantique cette idylle – au moins pendant les premières années de leur union – et je la rapproche de notre traversée du fleuve Thu Bồn, car on y trouve des points communs : les sampanières étaient toutes deux des jeunes filles à la fleur de l’âge ; elles apparurent toutes seules sur la vaste étendue d’eau, au même moment de la journée, le plus triste. L’ombre de la nuit commençait doucement à envelopper toute la campagne où régnait un silence effrayant. Je me demande d’ailleurs pourquoi ce travail pénible de rameur, qui présentait, en outre, un risque évident, était confié, dans la plupart des cas, à une toute jeune fille.

Plus tard, j’ai commencé à faire connaissance avec ce grand fleuve. Il prend sa  source sur le mont Ngọc Linh, à une altitude de deux mille cinq cent dix-huit mètres ; il franchit ensuite la région montagneuse du Sud-Ouest, en traversant les différents districts de la province de Quang Nam. Parvenu à la plaine, après avoir arrosé de ses eaux la petite ville de Hôi An, il finit sa course dans la mer, à Cửa Đai, située à cinq kilomètres de là. Comme il effectue une longue course, des montagnes occidentales jusqu’à la plaine, il est devenu la voie fluviale par excellence qui favorise les déplacements des hommes et des marchandises entre la plaine et la région montagneuse. Ces échanges commerciaux, notamment de denrées alimentaires, entre ces régions situées l’une en amont, l’autre en aval du fleuve, s’expriment dans cette chanson populaire :

 Quiconque vit en aval du fleuve rappelle à ses amis : « Envoyez-nous des jacquiers encore verts et nous, en retour, nous vous enverrons des poissons volants. » 

Ce fleuve est source de vie pour toutes ces régions de Quảng Nam, qu’il arrose généreusement de ses eaux limoneuses ; chaque année, en période de crue, elles sortent de leur lit et inondent jardins et terres des villages proches du fleuve ; les limons qu’elles y déposent après leur retrait rendent les terres plus fertiles. Cela donne une végétation exubérante et permet aux habitants de faire pousser une grande variété d’arbres fruitiers. On ne trouve ceux-ci que dans la province du Sud, appelée Đồng Nai, réputée pour la richesse, en quantité comme en qualité, de ses fruits. Vu la ressemblance entre les deux végétations, cette région, appelée Đại Bường, située aux confins des montagnes, a pris le surnom de Tiểu Đồng Nai (le petit Dông Nai).

Le village fruitier Đại Bường

Pourtant, à partir des mois de novembre et de décembre, quand arrive la saison des pluies, ce fleuve se transforme en un grand torrent et, en quelques heures, ses eaux peuvent monter de plusieurs mètres et emporter tout sur leur passage, apportant le malheur aux riverains. L’une de ces catastrophes naturelles fit beaucoup de victimes : en 1964, pendant la nuit, la montée des eaux fut tellement rapide que certaines familles, surprises dans leur sommeil, n’eurent pas le temps de se sauver et elles furent emportées par les eaux dans leur course tumultueuse. Ce fleuve, dans sa folie meurtrière, charriait tout sur son passage : les maisons en brique, les paillotes, les buffles, les bœufs, tous furent happés par ce torrent démentiel. Mon oncle Trân Cảnh et son épouse faillirent eux-mêmes être emportés par les flots. Leur maison en brique était submergée, mais, grâce à l’aide de leur neveu, ils purent monter sur le toit. Un sampan, fort heureusement, arriva à temps pour les sauver d’une mort imminente, car, quelques minutes après, leur maison fut emportée par ce courant impétueux. Cependant leur fille et ses quatre enfants, surpris par cette crue subite, n’eurent aucune possibilité d’échapper à la noyade. Avant de mourir, la mère eut juste le temps de s’attacher avec ses quatre enfants pour éviter que leurs corps ne fussent emportés par les eaux. Quelle tragédie pour nous tous devant cette catastrophe qui avait causé tant de malheurs !  

Il y a quelques années, lors d’une de mes visites à Hôi An, j’ai eu l’occasion d’aller visiter cette contrée dans la voiture conduite par Sơn, en compagnie de son épouse Huyền, une grande amie de ma nièce Thanh Tuyêt. Après quarante-cinq minutes de route, avant de traverser la ville de Hà Lam, nous nous sommes arrêtés dans une auberge pour prendre un petit-déjeuner. Nous avons commandé un bol de mì gà (soupe au poulet et pâtes jaunes). Nous avons bien senti la différence de goût entre le mì gà de Hôi An et celui de la campagne : ici, les volailles étaient élevées en liberté et, par conséquent, leur goût était meilleur, plus savoureux et plus fin. Après Hà Lam, la route devint sinueuse, escarpée, comportant de nombreux virages. Grâce à sa conduite remarquable et à son véhicule à quatre roues motrices, ce ne fut pour Sơn qu’un « jeu d’enfant » ! J’ai eu ainsi le plaisir d’admirer ce beau paysage tout au long de notre excursion. Il était midi quand nous parvînmes à un beau site, le col de Đèo Le.

 Déjà, à Phú Xuân, en 1946, j’avais entendu mon père parler de ce col réputé, lorsqu’il projetait de s’installer à Ti Sé. Pour se rendre dans cette contrée, il fallait, en effet, franchir ce col. Or, mon père doutait de la capacité physique de ma mère à pouvoir atteindre, à pied, ce col ; car, après notre longue marche de Phú Xuân jusqu’au pied de cette montagne, ma mère, mais nous aussi, aurions été exténués. Dans ces conditions, comment aurions-nous eu encore la force pour accomplir une telle prouesse ?

Le col Đèo Le

Plus de soixante ans après, grâce à Sơn et Huyên, j’ai enfin pu contempler de mes propres yeux ce beau paysage, vu du col, et, un peu plus loin, les chaînes de montagne qui s’étendaient à perte de vue. Son arrêta sa voiture au pied du col et nous conduisit dans une auberge. Celle-ci comportait une grande terrasse bien ombragée où nous avons déjeuné en plein air. Ce col est connu non seulement pour son aspect pittoresque, sa situation dans un paysage majestueux de forêts et de hautes montagnes, mais aussi pour sa spécialité régionale, connue sous le nom des poulets sauvages du col Đèo Le. Nous avons goûté cette spécialité exceptionnellement savoureuse. Cette qualité vient du fait que ces volailles vivent à l’état sauvage. Seule dans cet endroit isolé, loin des agglomérations, vit encore cette espèce d’oiseaux. Pourchassée constamment par l’homme, leur prédateur, elle serait en voie d’extinction. Espérons toutefois qu’elle sera protégée par les hautes montagnes, leur refuge naturel, difficiles d’accès.

Après un repas bien arrosé, nous avons poursuivi notre route en direction de Đại Bường, en longeant le fleuve Thu Bồn dont les eaux, en été, se réduisent à un écoulement bien modeste ; en regardant ce fleuve vers l’aval, on avait du mal à s’imaginer que, en période des grandes crues, les pluies diluviennes, en quelques jours, pouvaient, avec le concours du vent soufflant en tempête, le transformer en un gigantesque torrent, causant tant de ravages, en vies humaines comme en biens matériels.

À Đại Bường, nous nous sommes promenés dans un immense verger qui nous enchanta, car il offrait une incroyable variété de végétaux ; on y trouvait des arbres majestueux, ainsi qu’une grande variété de splendides plantes à fruits : pêchers, pruniers, manguiers, pamplemoussiers, avocatiers et bananiers. L’ombrage de ces arbres nous protégeait de l’ardeur de ce soleil estival. Ce coin de paradis terrestre nous apporta une profonde détente ; nous nous y sentions à l’abri de l’agitation des villes, petites ou grandes, où affluent les touristes. Nous profitions de cet espace de rêve, car, de temps à autre, on apprécie un moment de repos, une tranquillité bienfaisante. Cet endroit répondait parfaitement à nos aspirations, à nous, les citadins en quête de verdure et de calme.

Il était bientôt seize heures ; nous devions rentrer. Nous avons longé le fleuve, empruntant une petite route escarpée aux virages malaisés.

Nous avons quitté Đại Bường, qui mérite bien son surnom de Tiểu Đồng Nai, gardant un souvenir inoubliable de cette excursion. C’est grâce au fleuve Thu Bồn que nous bénéficions de ce beau paysage verdoyant. Avec ses nombreux affluents, ce fleuve irrigue généreusement toutes les régions qu’il traverse. Ses ramifications parcourent la plaine, pour finir sa course dans la mer, à Cửa Đại.

Depuis 1995, presque tous les ans, je retourne à ma ville natale, Hôi An. Là, chaque soir, je me balade le long du fleuve Thu Bồn, qui prend un autre nom, Sài Giang, lorsqu’il traverse cette cité ancienne. J’admire la vaste étendue du fleuve, en tentant de distinguer l’autre rive, où se situe un village dont les habitants se consacrent au métier de menuisier. Je reste là, immobile, à contempler le magnifique coucher de soleil. Quand son disque rouge disparaît dans le lointain, sous la frondaison des arbres, c’est alors le moment où le crépuscule commence à assombrir le paysage et noie de sa pénombre l’eau légèrement agitée ; ce triste moment crépusculaire annonce la venue de la nuit et, tout à coup, mon cœur se serre en pensant à notre traversée de ce fleuve, il y a bientôt plus de soixante-dix ans (1946), juste au moment où la nuit allait tomber. C’était le même ciel, la même terre, le même moment crépusculaire. Ce fleuve demeure toujours là, sans changer, dans son éternelle jeunesse, mais où sont mes parents, mes frères et mes sœurs qui étaient avec moi lors de cette inoubliable traversée ? Seuls encore vivants mon grand frère Mãng, âgé de quatre-vingt-quinze ans et moi, déjà octogénaire. L’homme passe, mais la nature, représentée par ce fleuve indomptable, demeure toujours là.

Contrairement à ce que disait le philosophe grec Héraclite dans sa célèbre maxime : Tu ne te baignes jamais deux fois dans le même fleuve, la nature semble pour moi être toujours immuable ; elle se perpétue éternellement, alors que je sens combien est court l’espace de temps de notre vie, dépassant exceptionnellement les cent ans.

            De nos jours, notre fleuve, en traversant cette cité ancienne, de l’Ouest à l’Est, joue un nouveau rôle aussi important que celui d’autrefois. S’il y a trois siècles, en tant que port fluvial, il accueillait les bateaux étrangers et assurait la prospérité économique du pays de Đàng Trong, à notre époque, il contribue, par sa vaste étendue d’eau, à attirer les touristes venus de la plupart des pays occidentaux et orientaux. En effet, après la visite à pied de l’ancienne ville, les touristes peuvent flâner tout le long du fleuve, pour prendre le frais et contempler le cadre romantique et pittoresque du fleuve aux eaux caressées par la brise ; celle-ci, venant de la mer dans le lointain, apporte un air marin frais et salubre, sans aucune pollution. Lors de sa traversée de Hôi An, le fleuve semble vouloir cacher aux paisibles habitants de cette cité sa nature fougueuse, faisant émerger en son milieu un îlot qui le divise en deux ; en effet, parvenu à Hôi An, ses eaux deviennent plus paisibles et coulent lentement ; ses petites vagues sont inoffensives. On dirait qu’il semble vouloir y rester plus longtemps pour imprimer dans ses eaux les images pittoresques au charme désuet et unique de l’ancienne petite ville. Sài Giang ne reprendra sa course fougueuse et son ancien nom, Thu Bồn, qu’après avoir dépassé cet îlot.

 Les touristes peuvent également monter à bord d’une petite embarcation, propulsée à la rame par une sampanière qui leur fait admirer la ville. Celle-ci, vue du fleuve, se cache, de temps à autre, derrière des cocotiers plantés tout le long du cours d’eau ; lors de cette agréable promenade tranquille, le petit sampan glisse doucement sur cette eau qui remue à peine.

Mais pour ceux ou celles qui veulent vivre des moments plus forts sur ce fleuve à la vaste étendue et aux eaux impétueuses, ils peuvent faire une mini-croisière en s’embarquant sur de petits bateaux à moteur qui les conduisent jusqu’à l’embouchure. Là, ils peuvent voir s’étaler devant eux l’océan Pacifique dans son immensité majestueuse. Le spectacle devient impressionnant quand le fleuve, mobilisant toutes ses eaux, s’apprête à se jeter avec toute sa force dans cet océan, la mère des mers. Il est temps de faire demi-tour. Un peu plus loin, en effet, la rencontre entre les deux courants peut provoquer des vagues susceptibles de renverser le bateau…

J’ai tant de fois, depuis un quart de siècle, fait des croisières sur différents fleuves du monde : le Nil, la Volga, le Danube, le Rhin, le Yangsi Jiang… Chaque fleuve présente des attraits particuliers qui captivent les touristes, telle la Volga avec ses gigantesques écluses, le Yangsi Jiang avec ses trois gorges ; toutefois, si beaux, si majestueux que soient ces fleuves, ils n’ont jamais fait vibrer mon cœur. Alors que chaque fois que je fais une petite croisière sur « mon » fleuve, le Thu Bồn, tant de souvenirs semblent réapparaître dans mon esprit. Ce fleuve et la petite ville de Hôi An restent à jamais gravés dans mes souvenirs, telles deux entités inséparables dont l’une ne pourrait exister sans l’autre, comme la Seine et Paris, la Neva et Saint-Pétersbourg, le Nil et la capitale de l’Égypte… Sans ce fleuve, la cité de Hôi An ne serait sans doute pas ce qu’elle est aujourd’hui : l’un des hauts lieux du tourisme.

Hội An

 Né dans cette ville, j’ai le sentiment d’y avoir laissé à jamais mon cœur. Chaque fois que j’y reviens, en me promenant le long de ce fleuve, j’opère une sorte de retour à mes racines, bref, en le contemplant, j’ai le sentiment de me ressourcer, ce qui me permet d’avoir plus d’énergie et d’aborder l’existence dans des conditions optimales.

Après la traversée du fleuve Thu Bồn, au moment où la nuit allait tomber, je ne me rappelle plus combien de temps nous dûmes marcher pour arriver à Tiên Đọa. Le seul souvenir qui me reste, c’est le moment des retrouvailles de mes tantes et de ma famille. Nous étions tous heureux d’avoir pu atteindre, après cette longue marche, notre objectif : revenir à la plaine sains et saufs. Nous ne cachions pas la joie d’avoir quitté cette contrée montagneuse. Nous avions pu enfin nous en éloigner et nous avions le sentiment d’avoir échappé de justesse à un « enfer terrestre ». Pourtant, nous avions une petite pensée pour ceux qui y vivaient, surtout Madame Cam et ses deux fils dont nous avions tant apprécié la gentillesse et le sens de l’hospitalité. Nous leur en serions éternellement reconnaissants.

                 

Texte extrait du livre de Nguyen Thanh Trung : « Souvenirs de mes années vécues au Vietnam. »
L’Harmattan – juin 2022

Catégories
Prose

Un certain mercredi 22 octobre 1941…

par Vo Thanh Tho (JJR 68)

.

Le 22 octobre 2007, Nicolas Sarkozy, Président de la République Française, a demandé aux enseignants d’Histoire des lycées de lire la lettre de Guy Môquet, jeune résistant français, fusillé par les Allemands le 22 octobre 1941.
Parmi les fusillés figurait également Huỳnh Khương An, un de nos compatriotes dont peu d’historiens se rappellent l’existence et encore moins le nom.
Fils du directeur d’un établissement scolaire à Saïgon, le professeur Huỳnh Khương Ninh, An est venu à Lyon pour poursuivre ses études. Il y a connu Germaine Barjon qui est devenue sa compagne et avec laquelle il a eu un enfant. En 1938, il prépare l’agrégation et en 1940, il est nommé professeur stagiaire au lycée de Versailles. Rentré dans la politique quelques années auparavant, il participait avec sa compagne à la résistance contre l’armée allemande. Il fut arrêté par la Gestapo, le 18 juin 1941, puis envoyé à Châteaubriant.

VTTho1
Ce monument, érigé aux martyrs de
Châteaubriant au cimetière du Père
Lachaise à Paris, rappelle Pierre
Timbaud, Claude Lalet, Guy Môquet,
Edmond Lefèvre, Jules Vercruysse,
Victor Renelle, Huynh Khuong An et
Charles Delavaquerie.


Peu de temps avant son exécution, An a écrit, comme quelques-uns de ses camarades d’infortune, une dernière lettre à sa compagne.
Arrêtée en même temps que lui, Germaine Barjon fut internée à la prison centrale de Rennes puis déportée à Ravensbrück et a finalement survécu à sa déportation.
Les ultimes mots de An laissés à Germaine, autant émouvants que lucides, méritent également d’être connus, pour remédier quelque peu à un oubli de l’Histoire et surtout de l’histoire humaine.
Ils témoignent de son courage et de son humanité, appartenance politique mise à part.

Rappelons qu’avec Guy Môquet, qui a donné son nom à une station de métro parisien et dont la dernière lettre est désormais portée à la connaissance des lycéens français, 26 autres résistants sont également tombés sous les balles du peloton d’exécution le mercredi 22 octobre de l’an 1941 (2).

Voici la lettre de An.
.

Camp de Choisel ce mercredi 22 octobre 1941 à 14 heures

Ma chère Germaine,

Sois courageuse, ma chérie. C’est sans aucun doute la dernière fois que je t’écris.

Aujourd’hui, j’aurai vécu. Nous sommes enfermés provisoirement dans une baraque non habitée, une vingtaine de camarades, prêts à mourir avec courage et avec dignité. Tu n’auras pas honte de moi. Il te faudra beaucoup de courage pour vivre, plus qu’il n’en faut à moi pour mourir. Mais il te faut absolument vivre. Car il y a notre chéri, notre petit, que tu embrasseras bien fort quand tu le reverras. Il te faudra maintenant vivre de mon souvenir, de nos heureux souvenirs, des cinq années de bonheur que nous avons vécues ensemble.

Adieu, ma chérie.

Mes baisers
Mes dernières caresses.

À tes parents mes affectueux baisers.


Huynh Khuong An

VTTho2

Il avait 29 ans.

La lettre originale de An est conservée par le musée de la Résistance nationale à Champignysur-Marne.


Catégories
Quan Com Tinh Thuong

Le Resto

Créé par un couple d’architectes vietnamiens de Da Nang il y a cinq ans, ce “Resto du Coeur” offre des repas à un prix symbolique aux étudiants, aux travailleurs aux revenus modestes, aux personnes s’occupant des membres de leurs familles hospitalisés (au VN, l’hôpital ne fournit pas de repas aux malades)…

Telle était la situation avant la pandémie…

La Covid-19 et la crise économique de la ville ont perturbé son bon fonctionnement. Ainsi dès mars 2020, l’Amicale BPDN a été sollicitée pour apporter son soutien et pérenniser cette action.

Ci-après les photos prises au fil des jours, et les commentaires de Hong Hue (ancienne Nguyen Hien, co-gérante du restaurant au nom d’ABPDN), en guise de rapport.

.

Le resto avant la pandémie

.

A l’apparition du Covid-19

Distanciation sociale et repas à emporter…
Un nouveau panneau pour un nouveau départ…


Les Cogérantes


Catégories
Quan Com Tinh Thuong

Jan à Dec 2021

18-1-2021

Quán những ngày đầu năm…

20-1-2021

Thực đơn ngày hôm nay.

1-2-2021

Những ngày giáp Tết…
Họ thì chuẩn bị đón Tết, còn tụi em thì ri đây!

6-5-2021

Quán mở rồi đóng, thất thường, tùy tình hình dịch.
Ngày hôm qua họ cho cà tím, bí đỏ. Tụi em xào cà tím, kho chả và nấu canh bí đỏ.
Tuần rồi nhà có việc, em nghỉ, đặt bánh mì 15k/ổ, thêm bịch sữa 6k, họ cũng thích!

3-11-2021
Sau thời gian dài quán đóng vì giãn cách xã hội, QCTT đã mở cửa lại cách đây 2 tuần.
Nghỉ lâu làm lại vừa khó, vừa chậm; không chịu khó là thả tay rồi!
Nói vậy chứ tụi em tới quán là tay chân lia lịa. Tuy làm ít xuất hơn lúc xưa, nhưng mình nói 10h30 phát mà 9h30 có người tới chờ, làm mình quýnh theo!

Thực đơn tuần vừa rồi: 1 hộp cơm, kèm 1 bịch sữa thế canh (vì canh nóng, đổ bao nilon sợ độc).
Canh thì mắc công nhưng rẻ, sữa thì tiện nhưng phải chi nhiều :).
Vừa rồi quán mở lại, tụi em phát cơm và quà (ưu tiên cho người tàn tật).
Một phần gồm có: dầu ăn, mắm, đường, mì gói, cá hộp, gạo.
Người ta lảnh ra, thông báo cho người khác và người tàn tật, xe lăn kéo đến đầy.
50 xuất không đủ chi cả!
Catégories
Quan Com Tinh Thuong

Avril à Dec 2020

20-5-2020

Sáng ni, mì quảng gà và sữa tươi đậu nành, 120xuất, nóng 37 độ nên bà con cũng ưa ăn mì, bún.

27-5-2020

Thực đơn ngày ni, cơm thịt sườn, rau muống xào, sữa tươi (thế canh)

18 & 22 – 6 – 2020

Thực đơn hôm 18-6, thịt xa xíu, rau muống xào.
Ngày ni thịt gà kho với su xào và canh rau ngót, 155 xuất!

13-7-2020

Khâu chuẩn bị. Thực đơn ngày hôm ni: cốt lết, rau muống xào tỏi, họ khen ngon!
142 xuất.

15-7-2020

Hôm ni cơm gà, ngon 🙂

26-7-2020

Sáng thứ 6 phát cơm, nên cuối tuần tụi em làm mì quảng gà, lâu xong.
11h chưa phát, bà con bu đông nên em quýnh, không đeo khẩu trang, không găng tay, về nhà mới biết bệnh viện phong toả!
Sáng hôm đó người trong bệnh viện không được ra lấy cơm nên tụi em không biết, sợ kinh luôn!
Không phát học bổng được đâu vì cách ly xã hội rồi, sinh viên nghỉ học, chừ chỉ lo đói và bịnh!

19-12-2020

QCTT đã mở cửa lại rồi; vắng hơn vì bịnh viện cấm ra, chỉ có mấy người bán vé số hay các bác chạy xe thồ.
Bửa ni tụi em làm bớt xuất vì bịnh viện chưa cho người ra mà quán cũng kẹt tiền.
Em hay đem đồ về nhà nấu cho đở tốn gas. Ví dụ cơm em nấu 10 lon là 3 nồi, Đào nấu 20 lon, rau củ em làm, thịt Đào làm, Nguyệt đi chợ.
Tiền mình ủng hộ là đến tháng 12 nhg vì nghỉ 2 tháng nên sẽ kéo dài thêm tới tháng 2.

31-12-2020

Sắp sang năm mới, em cầu bình an cho mọi người.
Ah, có bửa mình phát bánh mì và sữa là đúng ngày rằm đó!



Catégories
Nos Chers Disparus

Le Duc Tam (BP70)

1950 – 2022

.

.

Chères Toutes,
Chers Tous,

C’est avec tristesse que nous vous annonçons le décès de Lê Đức Tâm (BP70), survenu le vendredi 7 janvier 2022 à Montréal.
Sa disparition brutale nous rappelle cruellement que la pandémie de Covid-19 sévit toujours et qu’en dépit de multiples vaccinations, le virus peut encore nous terrasser.
Lê Đức Tâm a commencé ses études à l’Institut de la Providence à Huế avant de venir étudier au Lycée Blaise Pascal. Il s’est ensuite installé au Canada avec sa famille et exerçait la profession de médecin.
Đức Tâm était un membre actif de la communauté pascalienne de Montréal et un membre apprécié du groupe BP70.Avec son épouse Lê thị Cúc, ils ont accueilli plusieurs réunions BP, petites ou grandes, dont celle de Montréal 2003 qui laisse de bien bons souvenirs à ses participants.Ses amis se souviendront longtemps de son talent d’humoriste qui enrichissait chacune de leurs rencontres de moments heureux.

Vous trouvez ci-joint le faire-part de la famille et le site internet où vous pouvez déposer vos condoléances.
https://www.leductam.ca/

Nous présentons nos sincères condoléances à son épouse Lê thị Cúc ainsi qu’à leur grande famille et les assurons de notre profonde sympathie dans cette dure épreuve.

Bien amicalement,

ABPDN


Cáo Phó
https://www.blaisepascaldanang.fr/wp-content/uploads/2022/01/Cao-Pho-LDT.jpg

Remember Le Duc Tam
https://www.blaisepascaldanang.fr/wp-content/uploads/2022/01/Remember-LDT.pdf

Vô cùng đau xót sự ra đi của người bạn quen nhau từ 60 năm qua. Nhớ những tháng ngày rong chơi vô tư lự
DTK BP70

. Ảnh 1 Chụp ở khuôn viên nhà thờ Con gà Đà Nẳng năm 1967 khi cả lớp từ Huế vào thi BEPC
. Ảnh 2: Chùa Thiên Mụ năm hè 1967 cùng bạn bè

.

Archives BP:
. https://www.blaisepascaldanang.fr/2020/05/02/montreal-tet-ky-suu-2009-2/
. https://www.blaisepascaldanang.fr/2020/05/12/montreal-aout-2017-2/

.

Catégories
Nos Chers Disparus

Nguyen thi Lan Anh (BP70)

.

.

Chères Toutes,
Chers Tous,

C’est avec beaucoup de tristesse que nous vous annonçons le décès de Nguyễn thị Lan Anh (BP70), survenu le 10 février 2021, à Los Angeles (USA), à la suite d’une chute à domicile.
Lan Anh est la petite soeur de Nguyễn văn Tùng/BP65, de Nguyễn Xuân Bách/BP67 (décédé), de Nguyễn văn Thông/BP68 et la grande soeur de Nguyễn thị Kim Chi/BP73 (décédée).

Sa disparition subite a été un grand choc pour sa famille, pour ses amis, notamment pour le groupe BP70, avec qui elle était en contacts constants. Elle enrichissait le Forum BP70 de courriels traitant de sujets divers. Le dernier en date du 4-2-2021, a été posté sur la page “Vos Messages” du site BP.

Lan Anh a aussi été très présente dans les réunions BP, petites ou grandes, apportant fidèlement son soutien et sa contribution à toutes les initiatives de notre petite communauté.

Sa grande générosité manquera à sa famille, à ses ami(e)s et à ceux qui l’ont connue, de près ou de loin.

Merci Lan Anh pour tout ce que tu as apporté à la Vie, à nos vies…

Repose en paix, chère Amie.

Son frère Nguyễn văn Thông, sa nièce Line et son neveu Hugo, viennent d’arriver de Belgique à Los Angeles pour organiser les obsèques.Vous trouverez ci-après un message de la famille.
Ses cousines et des ami(e)s BP sur place, les accompagnent dans leurs démarches.

Nous présentons nos sincères condoléances à la grande famille de Lan Anh, et l’assurons de notre profonde sympathie et de notre soutien dans cette rude épreuve.

Bien amicalement,

ABPDN

.

«Chers amis,

C’est avec un profond chagrin que nous vous annonçons le décès de notre soeur et tante Lan Anh.

Nous sommes actuellement en Californie, Orange county afin de célébrer ses funérailles.

Nous partageons avec vous la peine de sa dispariton soudaine, et la gratitude que nous ressentons de savoir qu’elle a été entourée et aimée de nombreux amis et connaissances .

Lan Anh était une soeur et une tante rayonnante, bienveillante. Nous chérissons les souvenirs heureux que nous avons partagés avec elle.

Dans les prochains jours, une bougie allumée ou une orchidée sur votre autel, honoreront sa mémoire.

Merci,

Sa famille »

.

Kính thưa Anh Thông,
Chúng em trong nhóm bp70 rất bàng hoàng xúc động trước sự ra đi đột ngột của Lan Anh, một nguời bạn mà ai ai cũng quý mến.
Xin gửi đến Anh những lời chia buồn cùng tang quyến.
Kính,
Trần tiễn Khanh


Remember Lan Anh
https://www.blaisepascaldanang.fr/wp-content/uploads/2022/01/LA-PhanUu.pdf


C’est une très triste nouvelle pour les anciens de BPC Danang
Chère Lan Anh, repose en Paix.
Quan 61/62

https://www.blaisepascaldanang.fr/wp-content/uploads/2022/01/Lan-Anh-HDT.jpg
HDT BP63