>> Site Internet des Anciens du Lycée Blaise Pascal de Danang - Viet Nam


Livre d’or des réunions

Il était une fois...


Il était une fois une école qui s’est appelée …

Collège Français de Tourane
(1955 – 1964)

Lycée Blaise Pascal de Da Nang
(1964 – 1973)

Trung Tâm Giáo Dục Nguyễn Hiền
(1967 – 1975)

- ° - ° - ° - ° - ° - ° - ° -

Son Histoire…

Tout a commencé pendant l’été 1955 lorsque le gouvernement français décida, selon l’esprit de l’accord Bửu Lộc signé avec le gouvernement vietnamien, de fermer le Lycée Français de Hue et de le remplacer par un autre établissement scolaire, destiné aux enfants des familles francophones et francophiles du Centre Vietnam.

C’est à Tourane, dans les locaux de l’ancien hôpital militaire abandonné par l’armée française qu’il fut créé sous le nom de "Collège Français de Tourane".

Le collège ouvrit ses portes officiellement le 1er octobre 1955 pour environ 350 élèves de la 12ème à la troisième. Les classes secondes et premières furent ajoutées les années suivantes. Pour héberger ceux qui venaient d’assez loin, de Huế par exemple, ou ceux qui ne pouvaient pas rentrer chez eux tous les soirs, il possédait même un internat d’une quarantaine de places.

Dans les années 60, le collège s’agrandit pour accueillir les élèves jusqu’à la terminale. En 1963 il fallut lui trouver un nom. A Molière, surtout célèbre pour ses comédies, ce qui ne faisait peut-être pas assez "sérieux", le jury préfère Blaise Pascal (1623 - 1662), philosophe auteur des Pensées, mathématicien inventeur de la machine à calculer mécanique et physicien spécialiste de la pression des fluides, considéré comme l’un des grands noms de l’histoire des idées en Occident.

La rentrée scolaire 1964 - 1965 eut donc lieu pour la première fois au Lycée Blaise Pascal. Les élèves de la terminale d’alors (BP63), qui ont voté pour «  Blaise Pascal » au lieu de « Molière », ne se doutent-ils pas encore que les générations suivantes leur en voudront à mort car à chaque Baccalauréat, le risque - prévu par Mme Vigouroux, professeur de philosophie – de sécher sur Blaise Pascal est nettement plus grand que pour Molière !

Il paraît maintenant que ce choix est tout à fait judicieux car, avouez que Pascalien sonne bien mieux que "Molièrien", "Molièriste" ou "Molièresque".

En 1967, avec la « vietnamisation » des établissements éducatifs étrangers, le Lycée Blaise Pascal subit de nouveaux changements.
Il cède peu à peu son territoire et ses classes à un Centre d’enseignement vietnamien. Pendant 6 ans les 2 établissements cohabitent, jusqu’en 1973 où le lycée français revêt entièrement sa nouvelle identité vietnamienne et prend le nom de Trung Tâm Giáo Dục Nguyễn Hiền.

LES CHEFS D’ETABLISSEMENT

De sa création jusqu’à sa fermeture, 8 Directeurs, Principaux ou Proviseurs se sont succédés à la tête de l’établissement. Chacun y reconnaîtra le ou les siens.

1955 - 1960 Monsieur G. Mougenel
1960 - 1962 Monsieur J. Descroix
1962 - 1963 Monsieur M. Duplessy
1963 - 1965 Monsieur H.Delcasso
1965 - 1967 Monsieur Trihoreau
1967 - 1969 Monsieur Mazerolle
1969 - 1970 Monsieur Bielmann
1970 - 1973 Monsieur Herveux

- ° - ° - ° -

Voilà, maintenant une page est tournée. Du Lycée Blaise Pascal dont les photos jaunies soigneusement conservées telles des reliques rappellent la splendeur, seuls restent quelques vestiges qui paraissent d’autant plus anachroniques que ceux qui ne sont pas noyés dans la végétation sont maintenant entourés de constructions ultra modernes. Nul n’a oublié le célèbre "petit Pont" qui donnait à bien des anciens la fierté de faire partie « des Grands » lorsqu’ils le traversaient, la chapelle transformée pendant un temps en bibliothèque, le bureau du proviseur, le laboratoire de Physique-Chimie, celui de Biologie, la salle des profs et le logement du concierge. Les autres bâtiments ont été détruits et le nuage de poussière qui s’est certainement élevé dans le ciel bleu de Da Nang lors de leur démolition les a emportés vers le royaume des souvenirs.

Merci au regretté Claude Menguy pour sa documentation et aux Pascaliens (Cúc, Viên, Lộc, Trí, Đức et les autres) pour leurs précieux renseignements.

J. C. Bressieux

.